LEGENDE POKEMON: UNYS L\'UNIVERS DE BLANC ET NOIR 1 ET 2

LEGENDE POKEMON: UNYS L\'UNIVERS DE BLANC ET NOIR 1 ET 2

585 586 Vivaldaim et les 4 saisons de vivaldi, Haydaim le père David, et la mythologie du cert symbole des saisons

https://static.blog4ever.com/2013/08/747514/585-Deerling-Vivaldaim.png

 

 

 

Les Quatre Saisons (dont le titre original italien est « Le quattro stagioni ») est le nom donné aux quatre concertos pour violon, composés par Antonio Vivaldi, Opus 8, no 1-4, qui ouvrent le recueil Il cimento dell'armonia e dell'invenzione — « La confrontation entre l'harmonie et l'invention ». L'opus 8 de Vivaldi a été édité en 1725 à Amsterdam par Michel Le Cène, mais il est admis que la composition de ces quatre concertos est antérieure de plusieurs années. L'œuvre connut un grand succès dans toute l'Europe notamment à Londres et à Paris où les concertos furent interprétés au début de l’année 1728 au Concert Spirituel.

 

Cette œuvre est l'une des plus connues du genre « concerto » (ici, violon soliste concertant avec un orchestre de chambre à cordes), et surtout, de la totalité des compositions de Vivaldi. L'introduction du Printemps (Primavera) et le troisième mouvement, presto, de l’Été (Estate) sont les passages les plus célèbres.
L'œuvre est accompagnée de quatre sonnets attribués à Vivaldi décrivant le déroulement des saisons. Sur la partition, le compositeur précise les correspondances avec les poèmes, explicitant même certains détails (aboiements de chien, noms d'oiseaux : coucou, tourterelle, pinson…)
En 2010, il en existe environ 1 000 versions différentes depuis le premier enregistrement, faisant état de divers arrangements (notamment en jazz) et transcriptions (piano, orgue, harpe, guitare, flûte, accordéon, synthétiseur pour les plus courantes). Certains violonistes, chefs d'orchestre, ou formations ont interprété et enregistré plusieurs fois cette œuvre depuis les années 1960 (Carmirelli, Accardo, Zukerman, Menuhin, Mutter, Sporcl, Kennedy - Karajan, Wallez, Scimone,…). La palme revient à Jean-François Paillard qui l'a enregistrée six fois, et donnée 1480 fois en concert.
La première interprétation publique, après le xviiie siècle, daterait de 1921 et le premier enregistrement de 1939 (Campoli, suivi en 1942 par Molinari). Mais il faudra attendre 1948 (Louis Kaufman dirigé par Henry Swoboda - grand prix du disque en 1950) pour que les Quatre Saisons soient réellement connues du public, avant de devenir une des œuvres les plus jouées au monde

 

 

le Nom japonais de Vivaldaim, Shikijika est une combinaison de 四季 shiki, quatre saisons et 鹿 shika, cerf ce qui résume bien le 
concept de ce pokemon basé sur un faon qui change de couleur suivant les saisons.


Haydaim  est fondé sur le cerf  "du Père David", qui est une espèce de cerf qui décore son bois de feuillage durant la saison de reproduction!! de plus La parure estivale des adultes est rouge avec une raie dorsale foncée, celle d'hiver est gris foncée. Les faons sont tachetés.


Un de ses noms chinois est 四不像 sì bù xiàng, « les quatre caractères qui ne conviennent pas » parce que cet animal avait les bois d'un cerf, le cou d'un chameau, le pied d'une vache et la queue d'un âne. Pour ajouter au mystère, à la fin du XIXe siècle, l'animal était gardé par des soldats tartares dans le parc impérial de chasse de Nanhaizi à une lieue au sud de Pékin, à une époque où les populations sauvages avaient quasiment disparu

Forme Printanière (Printemps)

  • Forme Estivale (Eté)

  • Forme Automnale (Automne)

  • Forme Hivernale (Hiver)

     

     

    https://static.blog4ever.com/2013/08/747514/586-sawsbuck_by_casteelart-d3j4519.jpg

     

    Nous retrouvons avec ce personnage le mythe de Cernunnos et du cerf maitre de la nature et des saisons qui serra repris avec le légendaire XERNEAS des versions X et Y.

    La symbolique du cerf

    Le cerf est le symbole solaire du pouvoir, il est l'animal de la vie (à cause de ses ramures qui forment un arbre), de la puissance, de la virilité, de la longévité; il personnifie la fécondité de la vie dans tous ses cycles ( sur Terre et dans l'au dela). Comme Persephone, il demeure à la fois dans l'autre monde et sur la Terre où il règne sur la végétation et la multiplication des espèces.

     

    Les bois de cerf correspondent à la force fécondante et au cycle des renouvellements.  En effet, le cerf perd ses bois en hiver, ceux-ci repoussent au printemps encore plus beau et augmentés d’un andouiller à chaque cycle.

    A la fin de l’été, le cerf rentre dans la période du brame ou après s’être battu contre ses rivaux il fécondera ses femelles.

    Il symbolise la fécondité, les rythmes de croissance et les renaissances.

    Le cerf est aussi l’annonciateur de la lumière. Cette valeur prendra toute son ampleur cosmique et spirituelle. Le cerf apparaîtra comme le médiateur entre le ciel et la terre, comme le symbole du soleil levant et qui monte vers son zénith.

    Le cerf est un animal sacré, il est le messager entre le monde des dieux et des hommes mais il a aussi un rôle psychopompe puisqu'il est le guide des âmes vers le monde des morts.

     

     Dans la mythologie nordique, Yggdrasil abrite les quatre Cerfs Dain, Duneyr, Durathror et Dvalin paissant dans les branches qui y figurent le 4 points cardinaux et les saisons.

    https://static.blog4ever.com/2013/08/747514/586-Sawsbuck-Haydaim.jpg

     

     

     

     

    Selon une idée reçue assez courante, les saisons dépendraient de la distance Terre-Soleil, la Terre étant plus proche du Soleil en été qu’en hiver. Cette idée est fausse, car elle n’explique ni les variations de la durée du jour, ni l’inversion des saisons entre les hémisphères austral et boréal.

    La distance moyenne Terre–Soleil est de 150 millions de kilomètres avec une variation annuelle de plus ou moins 2,5 millions de kilomètres (soit 1,6 %). Actuellement, la Terre est au plus proche du Soleil (périhélie) vers le 4 janvier et au plus loin (aphélie) vers le 4 juillet, soit environ 2 semaines après les solstices respectivement de décembre et de juin. L’instant du périhélie arrivant en moyenne 25 min 7,278 s plus tard chaque année, le périhélie était simultané avec le solstice de décembre il y a très approximativement 800 ans et sera simultané avec le solstice de juin dans très approximativement 9 700 ans


    La vitesse de la Terre dépendant de sa position (deuxième loi de Kepler), les saisons ont une durée inégale :


    printemps boréal (automne austral), de l’équinoxe de mars au solstice de juin : 92,7 jours ;
    été boréal (hiver austral), du solstice de juin à l’équinoxe de septembre : 93,7 jours ;
    automne boréal (printemps austral), de l’équinoxe de septembre au solstice de décembre : 89,9 jours ;


    hiver boréal (été austral), du solstice de décembre à l’équinoxe de mars : 89,0 jours.


    De par le léger retard annuel du périhélie, l’hiver et le printemps boréaux (été et automne austraux) voient leur durée diminuer progressivement tandis que l’été et l’automne boréaux (hiver et printemps austraux) voient leur durée augmenter progressivement ; lorsque le périhélie sera à mi-parcours entre le solstice de décembre et l’équinoxe de mars (dans très approximativement 1 800 ans), l’hiver boréal (été austral) sera au plus court avant d’augmenter tandis que l’été boréal (hiver austral) sera au plus long avant de diminuer.

     



02/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour